USLG – ANGERS : Le rude apprentissage de la LF2

On savait que la rencontre face à l’équipe d’Angers serait difficile et elle le fut samedi soir au COSEC de la Saillanderie. Les plus de 600 spectateurs présents n’ont pu que constater la supériorité d’une équipe favorite à la montée en Ligue Féminine 2 et au grand complet, ce qui n’est toujours pas le cas des Tangos qui sont toujours privées de la quasi-totalité de leur ligne arrière avec les absences de Camille Cabaton, Aline Dumont et Awa Sissoko.

Malgré une bonne première mi-temps où nos joueuses auront fait jeu égal pendant 16 minutes avec les Angevines, la pression défensive adverse et l’intensité mise par cette équipe auront eu raison de Kelly Chassé et ses coéquipières. Malgré une grosse débauche d’énergie de leur part, le manque de rotation s’est cruellement fait sentir. Même si cela n’explique pas tout, force est de constater qu’avec seulement six joueuses valides (Justine Wallez était également trop diminuée par une chute sur le coude à l’entraînement jeudi matin), il n’y avait pas grand chose à espérer de cette partie si ce n’est que d’essayer de résister le plus longtemps possible.

Avec sept petits points d’écart à la pause (31-38), les Tangos étaient encore tout prêt mais le troisième quart-temps perdu 24 à 6 aura eu raison de nos joueuses qui ont vu un raz de marrée leur passer sur la tête sans pouvoir réagir. Une défaite finale 44-79 qui, on le souhaite, ne reflétera pas la réalité des futures échéances avec les retours de convalescence.

Les statistiques de la rencontre : http://www.fibalivestats.com/u/FFBB/940637/

La réaction de Didier Godefroy : Nous avons tenu 17 minutes. Après, c’est devenu très compliqué, il n’y a pas eu photo entre nous et Angers. À six joueuses seulement, nous n’avons pas tenu au niveau de l’intensité. Physiquement, mentalement, en terme d’adresse, plus rien n’a fonctionné. On a vue toute la différence entre une équipe qui jouait il y a peu en LFB et nous qui sommes promus en LF2 cette saison. Cela dit, il ne faut surtout se mettre dans la tête l’idée que nous n’y arriverons pas. Nous devons nous remettre au travail et attendre le retour des blessées. Nous n’avons pas d’autre ligne à tracer.

Après une week-end sans match, Tangos devront négocier un nouveau déplacement très compliqué à Charnay, déjà victorieux par deux fois.

Quelques photos du match signées Jean-Pierre Barge :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *